Blogue

Ducati Streetfighter V4 S 2020 : vedette de la démesure

14 novembre 2019

This post is also available in: English (Anglais)

La nouvelle Ducati Streetfighter V4 fut l’une des vedettes de la plus récente édition du Salon de la moto de Milan. Il n’y avait pas de meilleure scène que la grande messe EICMA pour la première apparition grand public de la sportive dénudée la plus technologique et puissante jamais produite par Ducati.

Fidèle à la tradition, la Streetfighter V4 2020 reprend à son tour l’essentiel d’une sportive de pointe à l’image de la 1098 Streetfighter, qui elle-même reprenait en 2009 l’architecture de la 1098 Superbike. La nouvelle cuvée utilise donc la base la plus puissante et impressionnante du moment dans la gamme Ducati : la Ducati Panigale V4. Côté style, on y reconnait une touche similaire avec un éclairage DEL en forme de «V» et des écopes de refroidisseur d’huile, qui laissent apparaître la mécanique Desmosedici Stradale. Une version dépouillée de ses carénages qui tronque ses demi-guidons pour un guidon en fuseau haut et large. Une machine observée lors du Pike Peaks 2019 aux mains expertes du regretté Carlin Dunne.

Ergonomie légèrement relaxante

Ducati annonce une hyper sportive conçue principalement pour un usage routier avec un design porté sur l’avant, des repose-pieds qui demeurent assez hauts, une garde-au-sol généreuse, une selle juchée à 845 mm du sol et une partie arrière qui pointe le ciel. Un style qui s’apparente plus que jamais à une «superbike» et une ergonomie à mi-chemin entre une Panigale et une Monster.

Vous avez sûrement remarqué les profils aérodynamiques et les déflecteurs placés de chaque côté, sur les écopes de radiateur. À l’instar de ceux de la Panigale V4 R, ils tenteront, tant bien que mal, de conserver le train avant au sol en pleine accélération, grâce à un ajout de 25 kg de pression à 270 km/h.

La partie cycle – presque identique à la Ducati Panigale V4 – utilise le moteur comme partie porteur pour réduire le poids et mieux maîtriser la rigidité. Le freinage est confié à Brembo, qui installe des étriers M50, tandis que l’amortisseur de direction provient de l’usine Sachs. 

ducati streetfighter 2020 ducati montreal
Ducati Streetfighter V4 2020 | Ducati Montréal

Ducati Streetfighter V4 2020 : la démesure

Cette version dénudée du V4 de 1103 cc ne développe pas moins de 208 chevaux à 12 750 tr/min (220 chevaux avec l’échappement Akrapovic), soit seulement 6 chevaux de moins que sa sœur dédiée à la course. L’autre valeur capitale de cette nouvelle venue est sans équivoque les 178 kg à sec, une hausse cependant de 3 kilogrammes par rapport à la Panigale V4 S. Néanmoins elle propose le meilleur rapport poids/puissance du segment au moment d’écrire ces lignes, surpassant la nouvelle Kawasaki Z H2 à moteur compressé. Les envolées promettent d’être terriblement sauvages et enthousiasmantes.

Par chance, l’électronique arrive à la rescousse pour aider à maîtriser toute cette cavalerie. Une électronique dernier cri dérivée de la Ducati Panigale et pilotée par une centrale inertielle à 6 axes, qui compte 8 aides au pilotage. On compte des modes de cartographie moteur et pilotage, un contrôle de traction (DTC EVO), un anticabrage, un contrôle de la dérive (DSC EVO), un réglage électronique du frein moteur (EBC EVO), un aide au changement de rapport à double sens, un système ABS qui demeure en action en virage et un aide au départ arrêté.

ducati streetfighter 2020 ducati montreal
Ducati Streetfighter V4 2020 | Ducati Montréal

Pas sans le fameux «S»

La version S ajoute – par rapport au modèle Ducati Streetfighter V4 standard – des suspensions et un amortisseur de direction semi-actifs à réglage électronique Öhlins entièrement paramétrable via l’écran TFT couleur de 5 pouces et des jantes forgées Marchesini. La nouvelle Ducati Streetfighter V4 S, un concept totalement excessif pour pilote averti qui aime se glacer le sang dans les veines autant que provoquer la passion autour de lui. Rien de moins provenant d’une monture qui émule le sourire sarcastique du Joker.

Par Pascal Bastien